Ce que les musiciens peuvent nous dire sur la dyslexie et le cerveau

musicien dyslexique

L’étude des musiciens dyslexiques a révélé une altération de la mémoire auditive de travail (par exemple, l’incapacité de garder un son à l’esprit pendant une courte période), réfutant ainsi la théorie actuelle qui suggère que ce trouble est dû à une difficulté à traiter les sons.

L’étude des musiciens dyslexiques a révélé une altération de la mémoire auditive de travail (par exemple, l’incapacité de garder un son à l’esprit pendant une courte période), réfutant ainsi la théorie actuelle qui suggère que ce trouble est dû à une difficulté à traiter les sons.

Une théorie actuellement populaire de la dyslexie suggère que ce trouble est dû à des difficultés de traitement auditif interférant avec la capacité d’analyser les sons. Mais si l’analyse des sons est vraiment le problème dans son ensemble, comment expliquer les musiciens dyslexiques ?

Dans le numéro de février de la revue Neuropsychologia, une équipe de l’Université hébraïque d’Israël a apparemment trouvé la réponse à cette question.

Sur la plupart des tests de perception auditive, les musiciens dyslexiques ont obtenu des résultats aussi bons que leurs homologues non dyslexiques, et meilleurs que la population générale. Leurs performances ont été nettement moins bonnes lors des tests de mémoire de travail auditive, c’est-à-dire la capacité à garder un son à l’esprit pendant une courte période (généralement quelques secondes).

En fait, les musiciens dyslexiques dont la mémoire de travail est la plus faible ont tendance à avoir la plus faible précision de lecture. Ceux qui avaient une meilleure mémoire de travail avaient tendance à être plus précis. En d’autres termes, pour devenir un virtuose de la langue, la mémoire est tout aussi importante que la perception.

Ces résultats pourraient amener les chercheurs à s’intéresser davantage aux régions cérébrales liées à la mémoire, en plus des régions auditives qui ont retenu le plus l’attention dans les recherches sur la dyslexie.

Selon le Dr Harold Levinson, ces découvertes sur la mémoire dans la dyslexie sont cruciales pour un certain nombre de raisons. Les troubles visuels, moteurs et autres troubles de la mémoire sont également présents dans la dyslexie. Et ces nouvelles données aident à mettre en évidence l’incapacité des théories liées au phonème à expliquer le suivi visuel, l’inversion, la mémoire, la concentration et les mécanismes connexes contribuant à la lecture et aux autres symptômes caractérisant la dyslexie.

https://s3-us-west-2.amazonaws.com/secure.notion-static.com/494abdcf-894f-4bad-82db-8211bd10e113/photo-of-a-girl-playing-ukulele-3662762.jpg

Mais alors, la formation musicale peut-elle aider à vaincre la dyslexie ?

Réponse courte : Peut-être, mais il est plus important de ne plus leur attacher l’étiquette « dyslexique ».

Rappelons que la dyslexie développementale est un trouble de la lecture qui ne peut être expliqué par un déficit visuel ou cognitif, ni par un manque de possibilités d’apprentissage. On estime qu’elle touche entre 5 et 17 % des écoliers, selon le seuil de lecture utilisé pour diagnostiquer le trouble.

Il est important de garder à l’esprit que la dyslexie n’est pas une maladie spécifique que vous avez ou n’avez pas. Les compétences en lecture sont plutôt réparties dans la population instruite. La plupart des gens ont des compétences moyennes en lecture, certains sont au-dessus de la moyenne, d’autres en dessous. C’est ce dernier groupe qui reçoit l’étiquette « dyslexie », même si la ligne de démarcation entre « moyen » et « inférieur » est arbitraire.

Nous l’avons vue dans la première partie de cet article, la dyslexie n’est pas, comme on le pense généralement, un trouble du traitement visuel.

Observons l’apprentissage des mots chez les enfants dyslexiques

Au cours des premières années de la vie, les enfants apprennent les mots de manière holistique, c’est-à-dire sans aucun sens de leur structure interne. Si vous demandez à un enfant de trois ans quel mot est le plus long, bus ou moto, la réponse est évidente. Bien sûr, les bus sont plus longs que les motos.

Au cours des années préscolaires, les enfants apprennent progressivement que les mots sont constitués de parties. Ils apprennent d’abord à taper les syllabes, un tap pour bus, deux pour mo-to. En jouant à des jeux d’allitération et de rimes à l’école maternelle, ils apprennent que même les syllabes ont des parties plus petites.

Cette conscience croissante que les mots ont une structure est appelée conscience phonologique, et elle doit être maîtrisée avant que l’enfant puisse apprendre à lire. En effet, le principe alphabétique relie les symboles écrits – les lettres – aux sons individuels de la parole, appelés phonèmes. En d’autres termes, pour prononcer les lettres d’un mot écrit comme chien ou dieu, il faut être capable d’entendre les phonèmes ch-i-e-n et d-i-e-u.

En CP, la plupart des enfants ont acquis une conscience phonologique, mais certains ne peuvent toujours pas distinguer les différents sons de la parole dans les mots. Cela s’explique par le fait que les phonèmes sont des événements auditifs très courts, se produisant à un rythme de dix ou plus par seconde. Ces enfants peuvent clairement entendre distinguer les sons, mais ils ne peuvent pas dire pourquoi ils sont différents.

Jeune musicienne dyslexique

Quel rapport avec la musique nous diriez-vous ?

Lorsque les enfants n’ont pas encore atteint la conscience phonologique en CP, nous considérons qu’ils souffrent d’un trouble du traitement auditif. Parfois, un entraînement intensif à la discrimination auditive des sons de la parole peut aider les enfants à acquérir la conscience phonologique dont ils ont besoin pour apprendre à lire. Et c’est là qu’intervient la formation musicale.

La parole et la musique impliquent toutes deux des manipulations rapides des qualités sonores comme la hauteur, le rythme et la durée. Les adultes formés à la musique ont des capacités de perception auditive supérieures à celles de leurs pairs non musiciens. On a donc longtemps supposé que l’entraînement musical pourrait donner aux enfants dyslexiques un coup de pouce dans les capacités de perception auditive dont ils ont besoin pour apprendre à lire. Récemment, une équipe de chercheurs britanniques a mis cette hypothèse à l’épreuve, en profitant d’une « expérience naturelle ».

L’équipe a recruté deux groupes dans un conservatoire de musique en Grande-Bretagne. Un groupe avait été diagnostiqué comme dyslexique dans l’enfance, tandis que l’autre groupe ne l’avait pas été. Comme contrôle, ils ont utilisé un groupe d’étudiants universitaires d’âge équivalent atteints de dyslexie. Si une formation musicale intense peut aider les enfants à surmonter leur trouble de traitement auditif, alors les musiciens « dyslexiques » devraient avoir des capacités de lecture comparables à celles de leurs pairs « normaux ».

Quels sont les résultats de l’étude ?

Les trois groupes ont subi une batterie de tests mesurant le traitement auditif et la capacité de lecture. Les musiciens « dyslexiques » ont obtenu des résultats similaires à ceux des musiciens « normaux » dans les tâches de traitement auditif. Ce résultat confirme les conclusions précédentes – et le bon sens – selon lesquelles un entraînement musical intense conduit à une amélioration de la perception auditive.

Cependant, les musiciens « dyslexiques » ont obtenu des résultats de lecture similaires à ceux des non-musiciens « dyslexiques ». En d’autres termes, les musiciens « dyslexiques » ne savaient toujours pas très bien lire, même s’ils avaient surmonté le trouble du traitement auditif qui les avait empêchés d’apprendre à lire au cours de leurs premières années d’école.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’une formation musicale intense ne suffit pas à elle seule, mais elle peut être complémentaire comme le suggère FranceDyslexia. Un enseignement explicite reliant les compétences auditives en musique au traitement de la parole pourrait plutôt être nécessaire. Bien que cet argument soit raisonnable, beaucoup pensent qu’il faut approfondir la question pour comprendre pourquoi les musiciens « dyslexiques » n’ont jamais rattrapé leurs pairs « normaux ».

https://s3-us-west-2.amazonaws.com/secure.notion-static.com/44652458-0c16-4daa-b41b-8fb80cc1254a/girl-in-brown-sweater-playing-piano-3820708.jpg

L’importance d’arrêter de catégoriser les enfants

Lorsqu’un enfant reçoit une étiquette, celle-ci a tendance à rester valable toute sa vie. Au moment où un enfant est diagnostiqué dyslexique, il lit déjà un ou deux niveaux scolaires en dessous de ses pairs. Il a déjà appris qu’il ne sait pas lire, et l’étiquette « dyslexie » lui indique pourquoi. Des pensées comme « je suis dyslexique, donc je ne sais pas lire » font partie de l’image que l’enfant se fait de lui-même, et ce jusqu’à l’âge adulte.

Il en va de même pour les autres étiquettes que nous apposons par hasard sur les enfants. Le professeur de musique qualifie l’élève qui chante à voix basse de « sourd » et, à l’âge adulte, elle insiste encore sur le fait qu’elle ne sait pas chanter. Ou bien le professeur d’éducation physique traite l’élève mal coordonné de maladroit, et il grandit en croyant « Je ne suis pas doué pour le sport ».

Jusqu’à l’ère numérique, il y avait beaucoup de carrières pour les personnes qui n’étaient pas douées pour la lecture. Même les chefs d’entreprise et de gouvernement n’avaient pas besoin de bien lire ou écrire, car ils pouvaient toujours dicter une lettre à leur secrétaire ou lui faire lire les « petits caractères » pour eux. La musique est un autre havre de paix pour les pauvres lecteurs.

Ayant choisi la musique comme carrière, ces « dyslexiques » de la musique ont probablement renoncé à la lecture. Après tout, apprendre à bien lire demande autant d’efforts et d’entraînement que l’apprentissage d’un instrument de musique. Même si ces jeunes adultes ont maintenant les prérequis auditifs pour apprendre à lire, ils ne voient probablement pas la nécessité de faire des efforts. Quel est le bénéfice à ce stade ?

Aucune étude n’est parfaite, et il est toujours facile de trouver les bonnes questions après avoir fait des recherches. Rétrospectivement, il aurait été intéressant d’examiner les habitudes de lecture des musiciens « normaux » et « dyslexiques ». Certains émettent l’hypothèse que les « enfants normaux » lisent beaucoup plus que les « enfants dyslexiques ». Mais c’est un sujet de recherche pour l’avenir.

Qu’est ce que la thérapie cognitive et comportementale ?

La thérapie cognitive et comportementale (TCC) est un procédé axé principalement sur la cognition et le comportement. Cette pratique aspire à transformer les croyances et opinions négatives en quelque chose de positif car l’individu touché par ces convictions négatives peut parfois tomber dans un comportement névrotique ou un état de tristesse poussé. En se basant sur un lien actif entre le thérapeute et le client, la TCC encourage la découverte de nouveaux comportements. Voici plus de détails sur la pratique de la thérapie cognitive et comportementale (TCC).

Comment fonctionne la thérapie cognitive et comportementale ?

Comme le présente cette spécialiste, la thérapie de la TCC consiste à mettre en œuvre des pensées plus en conformité avec la vie réelle. L’individu qui se croit incapable de se focaliser sur l’étude fonctionnelle de la controverse pourra alors trouver des solutions contribuant à sa réussite. Ensuite, le patient est placé en état de stress. Une situation durant laquelle il doit se fixer des objectifs et effectuer quelques tâches pour arriver à des résultats concluants.

Lors de ces mises en situation, le thérapeute et le patient instaurent une collaboration active. Il n’y a alors aucune obligation qui est soumise au patient et il pourra évoluer sans la moindre pression et ce, à son rythme. Avec le temps, la TCC permet à l’individu de limiter de manière considérable tout comportement névrotique ou état négatif comme :

  • les T.O.C.
  • les inhibitions
  • les réactions agressives
  • le stress
  • les évitements
  • la détresse due à une souffrance psychique, etc.

La TCC peut être appliquée aux individus de tout âge qui éprouvent une souffrance psychologique et qui veulent retrouver un style de vie davantage en conformité avec les contraintes de la vie de tous les jours.

Quels sont les bienfaits de la thérapie cognitive et comportementale ?

L’utilisation de la thérapie cognitive et comportementale offre aux patients de nombreux bienfaits qui peuvent contribuer à l’amélioration de leur qualité de vie.

La réduction du stress

La TCC est reconnue pour sa grande efficacité contre les troubles relatifs à l’anxiété. Elle est même considérée comme un remède naturel contre le stress et ce, grâce à la combinaison de diverses techniques. Ces techniques visent donc à aider la personne à retrouver un état normal loin de toute anxiété.

La limitation des signes de la dépression

La thérapie cognitive et comportementale permet également de réduire les symptômes de la dépression. En effet, un individu plongé dans un état de désespoir, de colère et de manque de motivation, peut alors surmonter ces symptômes grâce aux changements dans la cognition apportée par la pratique de la TCC.

Le traitement des troubles de l’alimentation

La TCC peut aussi se montrer particulièrement efficace dans le traitement des troubles de l’alimentation. Elle est capable de venir à bout de la psychopathologie latente des troubles de l’alimentation et minimise la surestimation de la forme et du poids. Grâce à la TCC, le patient peut davantage se sentir à l’aise autour des « aliments déclencheurs ».

L’amélioration de l’estime de soi et de la confiance

Grâce au remplacement des pensées négatives et destructives par des affirmations et attentes positives, la thérapie cognitive et comportementale aide à améliorer l’estime de soi et la confiance. Ainsi, l’individu pourra se donner de nouvelles perspectives et faire face à ses peurs quotidiennes.

Que se passe t-il dans notre corps quand on boit du café ?

Etant la boisson la plus populaire dans de nombreuses régions du monde, le café est un breuvage fait à partir des grains provenant du caféier, un arbuste de la famille des rubiacées. Deux espèces sont les plus cultivées : l’arabica et le canephora. Malgré sa célèbre renommée, il est surprenant de voir à quel point certaines personnes ignorent les effets de cet élixir chaud et sombre sur le corps humain. N’oublions pas que ce sujet est chaque fois abordé sur Internet, entres bienfaits et méfaits que chacun essaie d’afficher. Si le doute persiste aussi chez vous, découvrez à travers cet article, ce qui se passe dans notre corps quand l’on boit du café.

Continuer la lecture de « Que se passe t-il dans notre corps quand on boit du café ? »

Des conseils pratiques pour mieux prendre soin de sa peau après une dermopigmentation

Dermopigmentation

Après une séance de pigmentation, il est important d’adopter certains réflexes si on veut bénéficier des meilleures conditions possibles et obtenir de bons résultats. Bien sûr, pour faciliter le traitement et la prise en charge post intervention, les professionnels préconisent généralement un certain nombre d’instructions. Ces dernières sont essentielles, car elles garantissent la qualité du rendu.
Le résultat d’un maquillage permanent, tout comme celui d’une dermopigmentation réparatrice ou correctrice, peut varier d’un type de peau à l’autre. Par ailleurs, tout dépendra également des soins utilisés et des pratiques adoptées.

Continuer la lecture de « Des conseils pratiques pour mieux prendre soin de sa peau après une dermopigmentation »

Utiliser un haltère réglable, les avantages

Pendant une séance de sport, on peut utiliser plusieurs matériels en même temps. Passer d’un matériel à un autre peut devenir très vite lassant. Il n’en est pas de même avec un haltère réglable. Ce dernier apporte en effet de nombreux avantages à son utilisateur. Un haltère réglable offre une bonne prise en main, de la praticité et de la robustesse.

Continuer la lecture de « Utiliser un haltère réglable, les avantages »

Comment bien choisir votre bouillotte ?

Chambre À Coucher, Immobilier, Design D'Intérieur

Le maintien d’une bonne température corporelle fait partie des indispensables à une bonne santé. Dans ce sens, de nombreux moyens permettent de réguler ou d’apporter une source de chaleur ou de froid nécessaire à un bon rétablissement ou pour lutter contre le froid. La bouillotte fait partie des objets qui permettent de soigner ou juste d’apaiser par la chaleur. De nombreux modèles existent et la question se pose de savoir comment bien choisir une bouillotte.

Choisir en fonction de l’utilisation

La première question qu’il convient de se poser lors de l’achat d’une bouillotte concerne l’usage. En effet, vous devez vous poser la question de savoir si vous l’utiliserez uniquement sur le corps ou aussi sur vos couvertures. Par ailleurs, vous devez également tenir compte de l’utilisation sur la durée.

Cela vous aidera à choisir la bouillotte la plus adaptée. Vous pourrez en effet déterminer le type de bouillotte que vous voulez acheter selon les critères qui correspondent à vos besoins. Il vous faudra aussi prendre en compte le prix. Vous aurez ainsi une bouillotte qui vous correspond parfaitement.

Choisir le type de bouillotte en fonction du type de chaleur

L’utilité principale de la bouillotte est de modifier la température d’un point précis en la réchauffant. Dans ce sens, les nombreux types de bouillottes permettent d’offrir une chaleur qui peut être différente. Il vous faudra donc vous poser la question de savoir quel type de chaleur vous arrange.

Vous pouvez opter premièrement pour les bouillottes à eau comme présentées sur ce site. Elles se rechargent facilement et vous permettent d’avoir une chaleur qui se diffuse. En plus, ce type de bouillotte fonctionne sur la durée en vous réchauffant lentement et progressivement. Il faut savoir que ce type de bouillotte peut-être utilisé tant pour votre corps que pour votre literie.

Ensuite, vous avez les bouillottes à graines. Elles offrent une chaleur plus sèche et une action beaucoup plus rapide. Dans le même sens, ces bouillottes peuvent contenir des graines de fruit, ce qui va donner une sensation tout autre à vos moments de chauffage. Toujours dans le cas d’une action de chaleur rapide, vous avez la possibilité de choisir une bouillotte électrique. Ce type de bouillotte vous permet de contrôler convenablement la chaleur qui se dégage. Vous éviterez ainsi de vous brûler tout en profitant sereinement de votre bouillotte.

Enfin, pour profiter d’un effet précis, vous avez à votre disposition les bouillottes à argile ou encore à gel. Ces deux types de bouillottes permettent à la chaleur de pénétrer directement votre peau pour un meilleur effet.

Choisir en fonction de la taille, la facilité d’entretien et la résistance

La taille d’une bouillotte est importante lors du choix. En effet, ce paramètre influe énormément sur l’ergonomie. Il vous faudra choisir la taille de bouillotte qui correspond à votre usage. Pour tout le corps ou la literie par exemple, vous devrez choisir une bouillotte plus grande que celle des sportifs. Ensuite, il faut que votre bouillotte soit facile à entretenir. Cela vous permettra de la nettoyer quand il le faut et donc de ne pas risquer de vous rendre malade avec une bouillotte sale.

Enfin, vous devrez choisir une bouillotte résistante. Elle ne doit pas se déchirer facilement et tenir lors des remplissages ou de l’entretien. Vous profiterez ainsi plus longtemps de votre bouillotte.

Comment sensibiliser au gaspillage alimentaire ?

gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire est un problème mondial et devient un véritable point de friction pour beaucoup de gens. Le moment est  donc venu de trouver comment sensibiliser les gens au gaspillage alimentaire ? On estime que 32 % de la nourriture produite dans le monde est gaspillée.

L’éducation pour sensibiliser au gaspillage alimentaire

En matière de nourriture, chacun d’entre nous est un gaspilleur. Beaucoup d’entre nous ne réfléchissent pas avant de jeter de la nourriture non consommée ou qui est laissée à l’abandon. Cela est dû en grande partie à un manque de compréhension de la chaîne de production alimentaire. Il y a ceux qui croient que nous avons une offre infinie de produits et ceux qui n’en ont tout simplement aucune idée. C’est là que le fait d’éduquer les gens est obligatoire.

De la même manière que les gens ont été éduqué sur le gaspillage d’énergie ou les effets néfastes du tabagisme, ils doivent assimiler ce problème Il existe de nombreuses causes qui se situent entre le fournisseur et le détaillant ainsi que le consommateur et donc, chaque personne ou entité qui se trouve dans cette situation doit comprendre son l’impact afin d’apporter les changements nécessaires pour résoudre ce problème.

Changer notre façon de penser le gaspillage alimentaire pour le sensibiliser.

Afin de changer les processus de pensée des générations futures, il faudra commencer par l’introduire dans les écoles. Cependant, pour apporter un changement, il est important que tout le monde soit informé du coût, de ce qu’ils peuvent faire pour le réduire et de la manière de traiter les déchets ainsi que de ce qu’ils peuvent en faire. Il pourrait s’agir d’éduquer les gens à acheter moins, à stocker leurs aliments ou même à transmettre aux supermarchés les aliments comestibles dont la date limite d’utilisation est dépassée.

Salades en sachets  favorables aux Déchets alimentaires

50 % des aliments sont gaspillés dans les pays développés à cause des pratiques actuelles de culture, de fabrication et de distribution des aliments. L’éducation est  un élément clé dans notre lutte pour réduire le gaspillage alimentaire et  nous avons beaucoup à faire en matière d’éducation. , la transmission des connaissances et la visibilité vont nous aider à avancer ensemble dans la bonne direction.

Transmission des connaissances  pour sensibiliser au gaspillage alimentaire

Nous pouvons tous contribuer et faire la différence. Les petits changements peuvent entraîner des grandes évolutions et c’est là que nous commencerons à voir des résultats. Nous devrions tous nous passionner pour le gaspillage de nourriture. Et pour ceux qui ont une meilleure connaissance et compréhension du problème du gaspillage alimentaire, le moment est venu de le partager.

Pour plus d’information, suivez le lien https://stop-gaspille.com/stop-gaspille-actualites/comment-sensibiliser-au-gaspillage-alimentaire/

Aller dans un salon de massage pour tranquilliser le corps et l’esprit

Vu la situation actuelle, il est difficile d’établir un programme pour se décontracter. Heureusement, il y a un moyen plus rapide et plus proche pour retrouver un moment de vie comme aller dans un salon de massage. Il est toujours possible de prendre du temps pour soi-même avec simplicité. Voici quelques idées sur le type de détente qui pourrait vous faire revivre.

Faire de l’automassage

Quand les temps sont durs, il y a des luxes qu’on ne peut se permettre. C’est dans ces moments-là que l’on s’aperçoit l’importance que certaines choses peuvent toujours se faire soi-même. Les stress accumulés sont extrêmement mauvais pour la santé. Tout ça peut être dû au rythme quotidien effréné. Chaque personne réagit différemment au stress excessif, mais pour y remédier, il faut de temps en temps se détendre, d’où le massage. C’est un véritable remède contre le stress.

Vous n’aurez pas besoin d’une intervention extérieure dans ce type de massage. Utiliser une crème hydratante et masser la paume de votre main avec le pouce. Remontez jusqu’à au bout des doigts et terminez en pinçant la peau située entre vos doigts. Rien que quelques pratiques de ce genre par jour et vous aurez une sensation de soulagement.

Prenez du temps pour vous en vous offrant un massage

Actuellement, il n’y a rien d’autre à faire pour se décontracter que de s’offrir une séance de massage en ville. Il existe différents types de massage, mais ce dont vous avez besoin c’est d’un massage de détente à Paris. La vie actuelle nous oblige à des travaux qui nous font clouer à une chaise toute la journée devant un ordinateur.

Sachez qu’au fil du temps, cela peut entrainer un mal de dos. Mais il n’y a rien d’effrayant à ça avec simplement une séance de massage par semaine. Quelques mouvements des mains le long de la colonne vertébrale peuvent nous apaiser d’un poids énorme. Ceci dit, on ne peut pas le faire soi-même et il vaut mieux les mains d’un professionnel pour que le résultat soit satisfaisant.

Réduire l’énorme poids sur nos épaules

Il y a des situations où l’on doit voir un psy pour partager nos angoisses et nos soucis afin de soulager le poids sur nos épaules. On se sent parfois lourd après une journée de travail surtout si ce dernier consiste à se poser sur une chaise devant un écran. Pour mieux affronter cette situation, il ne faut pas attendre et essayer de se soulager nous-mêmes.

Le processus est simple. Avec le bout des doigts, faites des mouvements circulaires au niveau de votre cou à commencer par la nuque. Ensuite, continuez le mouvement vers le bas et les côtés. Vous pouvez le faire autant de fois que vous le souhaitez. On peut aussi mettre de la crème pour faciliter le glissement des doigts et éviter l’irritation de la peau. On peut appliquer le même procédé pour les maux de tête en augmentant au fur et à mesure la pression. Masser le cuir chevelu est efficace pour réduire le stress. Il offre également un effet très relaxant.

Produits cosmétiques: comment savoir s’ils sont naturels ?

Les produits de beauté naturels sont des éléments qui sont composés d’ingrédients d’origine naturelle. Ils ne doivent donc pas être modifiés avec des éléments chimiques et ne sont pas synthétiques. Mais en général, les produits de soin passent par des transformations spécifiques qui peuvent nécessiter des corps non naturels. De plus, dans certains cas, les produits deviennent plus efficaces après ce type de transformation.

Continuer la lecture de « Produits cosmétiques: comment savoir s’ils sont naturels ? »

Comment utiliser les gousses de vanille ?

Les gousses de vanille sont un produit alimentaire que de plus en plus de gens commencent à utiliser. Beaucoup de ces personnes commencent à commander des gousses de vanille en ligne en vrac parce qu’elles ne peuvent pas en avoir assez. Comme il existe une grande variété d’options lors du choix des gousses de vanille, il n’y a aucune excuse pour ne pas utiliser ces délicieux haricots dans votre maison. Donc, si vous vous demandez comment vous pouvez commencer à utiliser des gousses de vanille à la maison, continuez à lire pour quelques bonnes idées. À la suite de ces articles, vous pouvez découvrir quelques manières simples et rapides vous permettant d’utiliser les gousses de vanille.

Continuer la lecture de « Comment utiliser les gousses de vanille ? »