Quelques idées cadeau bien-être

bien-être

Un cadeau bien-être est écologique, fabriqué autour de la nature et apaise le stress et la fatigue. Offrez un coffret cosmétique, un panier de thés et d’infusions ou pourquoi pas des douceurs bio pour faire le plein d’énergie ?

Le coffret soin et beauté idéal

Le coffret beauté idéal réunit l’essentiel pour se chouchouter au naturel. Il contient tous les soins obligatoires ou presque pour conserver ou recouvrer une belle peau, mais pas que. Le cadeau bien-être idéal permet également de sublimer les ongles, de préserver la peau contre les effets prématurés du temps ou de la repulper pour lui offrir toute la luminosité qu’elle mérite. Les savons naturels composent le coffret idéal pour soigner le visage, mais également le corps. Ils sont saponifiés à froid, bio ou surgras et ne contiennent pas d’huile de palme.Vous pouvez également préparer vous-même votre propre recette cosmétique maison. L’huile essentielle peut également entrer dans leur composition notamment pour les savons dédiés aux peaux normales. Un coffret spécial hydratation est également une bonne idée de cadeau. Les crèmes désaltérantes, les gels pour visage à l’aloe vera, ou les crèmes à base d’acide hyaluronique avec des vertus antirides sont des présents agréables et utiles.

Massage, balnéothérapie et hamman, le coffret bien-être par excellence

Les instants de détente sont aussi une idée cadeau originale à souhait. Les bons pour une ou quelques séances de spa, de thalasso ou de massage de relaxation font plaisir aux couples ou aux personnes seules qui souhaitent s’éloigner un peu du stress quotidien pour se ressourcer. Les distributeurs de ce genre de coffret sont nombreux sur Internet. Il suffit alors d’enregistrer le numéro du chèque cadeau avant de choisir l’établissement. Cette option évite les déplacements et permet de prendre le temps de réfléchir sur le choix de la prestation assis confortablement dans son fauteuil.

Un panier de thés ou d’infusions, pour le bien-être intérieur

L’assortiment comble les amateurs de thés et d’infusions. C’est un cadeau original pour donner l’opportunité au destinataire de goûter à un ingrédient venu d’ailleurs et qui peut être offert en toutes occasions, à Noël comme pour un anniversaire. Un coffret comprenant du thé vert de Chine, un mélange gourmand aux agrumes et au thé noir du Sri Lanka, du thé Matcha venu d’Inde, voilà autant de découvertes gustatives. Les thés et infusions fruités offrent une vraie note de fraîcheur dans le quotidien. Les coffrets à l’amande, à l’orange ou au citron plaisent. Le thé avec une pointe de piquant donnée par le gingembre, celui qui associe la fraîcheur du raisin à la délicatesse d’un thé vert, etc. donnent déjà l’eau à la bouche.

Les friandises bio et peu caloriques, un cadeau parfait

Les douceurs bio régalent aussi les papilles, les effets néfastes sur la santé et la silhouette en moins. Les recettes de chocolat bio made in France incorporent désormais des exclusivités avec plus de 70 % de cacao, sans sucres ajoutés et une culture selon les principes très stricts de l’agriculture biologique. Les marques collaborent avec des artisans chocolatiers pour produire de sublimes tablettes en accord avec les principes de la protection de l’environnement et de l’Homme, mais également pour dévoiler de nouvelles saveurs parfois inédites. L’arôme du cacao est maintenant rehaussé avec du sel de Camargue par exemple pour donner un goût différent à la friandise et pour satisfaire ceux qui aiment le sucré salé.

Les solutions contre le bruxisme

bruxisme

Le bruxisme est un trouble fonctionnel provoquant un grincement et/ou un serrement des dents. Il peut causer des douleurs aux mâchoires, aux joues, à la tempe, ainsi qu’accélérer l’usure des dents. Les solutions contre le bruxisme sont nombreuses et diversifiées, notamment les propositions issues de différentes disciplines de médecine.

La gouttière occlusale

Il s’agit d’une petite plaque en plastique transparent placée entre le maxillaire supérieur et le maxillaire inférieur. La gouttière occlusale offre en fait une solution mécanique en empêchant les dents de grincer et permet d’éviter leur usure prématurée. Cette solution ne traite pas le bruxisme en soi, elle permet simplement de limiter les dégâts.

Si le bruxisme est causé par une forme de stress ponctuelle, l’utilisation de la gouttière occlusale est la solution idéale. Au bout des quelques nuits, les muscles de la mâchoire se relâchent naturellement et les douleurs disparaissent.

En revanche, si le bruxisme est causé par une malformation dentaire et qu’il se manifeste de façon répétée, il est conseillé de consulter un chirurgien dentiste.

Les gouttières occlusales sont disponibles en pharmacie. Vous pouvez notamment vous rapprocher de la pharmacie chaussée d’antin près de chez vous qui dispose d’une large gamme de gouttières occlusales adaptées à tous les âges.

La rééducation maxillo-faciale par la kinésithérapie

La kinésithérapie propose une approche correctrice contre le bruxisme à travers la rééducation maxillo-faciale.

Après l’analyse des paramètres de mobilité de la mâchoire, le thérapeute procède à la manipulation du système musculaire complexe, notamment avec un travail sur l’articulé dentaire et les muscles sources de la douleur. Il peut s’agir du muscle temporal, mais aussi des muscles ptérygoïdiens médiaux et/ou latéraux, ainsi que le masséter. Le traitement se fait entre 3 et 10 séances. C’est la solution idéale pour les personnes souffrant d’un bruxisme chronique et répété.

Le traitement par l’hypnose

Le bruxisme est un trouble fonctionnel non contrôlé, le grincement des dents se produisant de manière inconsciente généralement la nuit pendant le sommeil. L’hypnose est donc une alternative, car elle permet de corriger certains comportements obsessionnels et compulsifs qui relèvent de l’inconscient.

Le procédé consiste à mettre le patient en état de transe, c’est-à-dire dans un état de relaxation durant lequel il sera plus réceptif aux suggestions du thérapeute. Ce dernier tentera ensuite de corriger les mauvais réflexes provoquant le bruxisme en instaurant de nouveaux réflexes plus bénéfiques pour la mâchoire. Il s’agit d’une méthode atypique et peu connue du grand public, même si de plus en plus de médecins prescrivent l’hypnose par un hypnothérapeute comme « traitement ».

Les techniques de relaxation

Le bruxisme est souvent provoqué par le stress, la fatigue ou l’hyperactivité. Les professionnels de santé recommandent donc la pratique de techniques de relaxation afin de le prévenir. Ces techniques s’opèrent idéalement le soir avant de se coucher.

Parmi les suggestions, le yoga permet notamment de détendre tous les muscles du corps, y compris ceux de la mâchoire. Par ailleurs, la méditation et les exercices de respiration sont également réputés pour avoir un effet de relaxation des muscles.

4 éléments à prendre en compte pour choisir un ehpad

ehpad

L’idée du placement en maison de retraite ou ehpad est une chose que la plupart d’entre nous ne veulent même pas envisager au début. Cependant, nous ne pouvons pas tous offrir des soins à domicile à temps plein et les maisons de repos ou de soins peuvent vraiment être la meilleure option lorsque quelqu’un a besoin de soins de qualité 24 heures sur 24.

Continuer la lecture de « 4 éléments à prendre en compte pour choisir un ehpad »

L’aromathérapie a-t-elle des effets secondaires ?

effets secondaires de l'aromatherapie

Ces dernières années, les plantes sont de plus en plus sollicitées dans le processus de guérison de plusieurs maux. Étant à la base de la plupart des médicaments utilisés dans la médecine moderne, elles deviennent presque indispensables pour la jouissance d’une parfaite santé. Cet article vous présente l’aromathérapie, un mode de traitement basé sur les plantes, et vous informe sur les effets secondaires éventuels de cette pratique.

Continuer la lecture de « L’aromathérapie a-t-elle des effets secondaires ? »

Comment aider son enfant à surmonter ses angoisses ?

enfant

Se séparer de son petit bout pour les premiers jours de crèche se trouve toujours parmi les moments les plus difficiles. Habitués à tenir leurs bébés dans les bras, les parents ont du mal à accepter de les laisser pleurer. Pourtant, il le faut, car la vie doit redémarrer, la routine reprend et le travail ne nous permet pas de rester avec notre enfant.

Continuer la lecture de « Comment aider son enfant à surmonter ses angoisses ? »

Comment améliorer la récupération après un entraînement sportif ?

La récupération est l’étape clé qui intervient après un effort sportif, souvent négligé ou même oublié. Cependant, elle est une partie essentielle de l’entraînement et permet aux athlètes de retrouver leurs capacités plus rapidement afin de progresser. En effet, c’est lorsque le corps est au repos qu’il progresse le plus et non pendant l’entraînement. L’entraînement est fatiguant et affaiblit le corps. Pendant la récupération, les muscles se régénèrent et s’adaptent pour être plus résistants aux efforts futurs. C’est selon ce principe d’adaptation que le corps est un peu plus fort après chaque nouvelle séance d’entraînement.

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe deux types de récupération. La première est la récupération totale, c’est-à-dire le temps nécessaire pour éliminer complètement la fatigue.

Le second est la récupération suffisante, qui représente le temps minimum à prendre avant de poursuivre un nouvel effort. Elle ne sera pas totale mais le niveau de fatigue aura suffisamment diminué pour que le prochain entraînement soit bénéfique.

Il existe alors de nombreuses méthodes pour rendre cette récupération optimale et ainsi progresser plus rapidement. En voici quelques-unes.

Une alimentation équilibrée :

Une alimentation équilibrée accélère la guérison. Après un effort, les réserves de l’organisme sont épuisées. Il est important de les reconstituer dans les 30 minutes qui suivent la séance, avec au moins une collation liquide ou solide. Il est également important de privilégier les nutriments qui contribuent au bon fonctionnement de l’organisme. Par exemple, les aliments riches en glucides tels que les bananes, les dattes, les figues ou les flocons d’avoine sont essentiels pour reconstituer les stocks de sucre dans le foie et les muscles. Les protéines présentes dans les œufs, le jambon, le fromage blanc, les amandes ou le quinoa aideront à réparer les tissus musculaires endommagés pendant la séance. Enfin, même si vos besoins en vitamines sont moindres, il est nécessaire de manger des fruits, des légumes ou des graines oléagineuses comme les noix et les amandes pour aider votre corps à combattre le stress et les infections.

Si vous suivez ces conseils de nutrition, votre corps vous en remerciera !

Pour être hydraté :

L’eau est l’élément clé de la récupération. Une bonne hydratation permet de combler les pertes liées à la transpiration et d’évacuer les déchets produits pendant l’entraînement. Il est recommandé de boire 1,5 litre d’eau par jour pour reconstituer continuellement votre réserve d’eau. Cette quantité peut être beaucoup plus importante lors d’un effort intense, ou s’il fait chaud. Vous pouvez ajouter une pincée de bicarbonate de soude à votre eau habituelle pour obtenir une dose suffisante de minéraux. En cas de doute, emportez toujours une bouteille d’eau avec vous !

Dormez bien :

Il est important de dormir suffisamment pour optimiser l’efficacité de vos séances d’entraînement. En effet, le corps va connaître une phase d’adaptation et ce, uniquement pendant le sommeil. Plus précisément pendant la fin de la nuit, qui est synonyme de repos complet. Un minimum d’environ sept heures de sommeil par nuit est recommandé, mais cela peut varier selon les individus. Si vous vous sentez reposé au réveil, c’est un signe que votre corps a suffisamment récupéré.

Réchauffez-vous avant et après une séance :


L’échauffement va de pair avec la récupération. En effet, il permet au corps de démarrer progressivement et de préparer les muscles à l’effort qui les attend. Pour ce faire, rien de tel qu’un jogging de 15 minutes ou quelques accélérations successives.

Il est également prouvé que le fait de faire une activité à un rythme lent après l’entraînement est bénéfique pour la récupération du corps. Par exemple, un jogging lent de quelques minutes ou une courte séance de vélo. En effet, les déchets générés par la séance seront rejetés et le sang circulera plus rapidement qu’au repos, sans endommager à nouveau le corps.

Quelques techniques pour récupérer plus vite :

Allongé sur votre canapé, les jambes à angle droit par rapport au mur pendant 10 minutes, vous aiderez votre corps à évacuer le sang usagé. Lorsque vous revenez en position assise, remuez vos orteils pour faire circuler à nouveau le sang. Grâce à cette technique, le sang dans vos jambes sera renouvelé et votre vitesse de récupération sera augmentée. Vous pouvez coupler cela avec le flottement d’un pistolet de massage.

La deuxième technique est la récupération par le froid ou la cryothérapie. Elle consiste à faire couler de l’eau froide sur les mollets après un entraînement intense. Par exemple, à la fin de votre douche, environ 15 secondes sur chaque mollet. Les vaisseaux sanguins vont se contracter, le sang sera alors expulsé du muscle et la circulation sera fortement ralentie. Une fois le froid passé, le sang frais circule dans le muscle et la récupération est plus rapide.

Voici les techniques et les conseils les plus efficaces pour aider votre corps à récupérer rapidement après une séance d’entraînement. Vous n’êtes pas obligé de les suivre à la lettre, pour chaque séance d’entraînement, mais au moins pour les plus intenses. Si vous en connaissez d’autres, faites-nous part de vos commentaires !

Guide pour les débutants à la pêche

La pêche

Si la pêche est très appréciée, c’est qu’en plus d’être un gagne-pain, c’est à la fois un passe-temps et un sport. Si vous n’avez jamais pêché auparavant, cela peut sembler un peu déroutant, mais c’est une pratique qui demande de la préparation, des connaissances de la patience et de matériels adaptés. Ce petit guide vous aidera à bien débuter à la pêche.

Pêche en eau douce

Le type de pêche récréative le plus courant est la pêche en eau douce. C’est la plus facile à apprendre, et un pêcheur peut apprendre et perfectionner plusieurs techniques et méthodes lorsqu’il apprend à pêcher dans des plans d’eau douce. Malgré leur petite taille, les lacs, les rivières et les étangs peuvent contenir une grande variété d’espèces et de tailles de poissons. Pour les débutants , l’eau douce peut s’avérer un meilleur point de départ, surtout si vous commencez par vous-même. Par ailleurs, vous pouvez opter pour une pêche récréative dans des endroits comme la Brasserie des étangs à Avesnelles.

Pêchez au bon moment de l’année et de la journée. En été par exemple, il est plus intéressant de pêcher tôt le matin et tard le soir, qui sont des périodes de faible luminosité. Le crépuscule est le meilleur moment au printemps et à l’automne. L’hiver est toujours un excellent moment pour pêcher si vous vivez dans une région plus chaude; dans le cas contraire, il peut offrir une occasion sur glace.

Pêche en eau salée

Ce type commercial le plus courant est la pêche en eau salée. 97,5% de l’eau dans le monde est de l’eau salée, donc naturellement, l’essentiel de la pêche se fait en mer. Mais les côtes sont également caractérisées par de nombreuses activités récréative.

C’est un malentendu courant qu’il faut un bateau pour pêcher en mer. Vous avez besoin d’un bateau pour la pêche en haute mer, où vous pouvez trouver les poissons les plus gros et les plus difficiles, mais la pêche en haute mer n’est pas une activité que nous encourageons un débutant à entreprendre seul.

Planifiez toujours votre voyage en fonction de l’activité des marées. Il est également préférable d’utiliser des appâts vivants plutôt que des leurres en plastique. Si vous avez besoin de retourner un petit poisson dans l’océan, assurez-vous de le faire rapidement. Les poissons marins ne sont généralement pas aussi robustes que les poissons d’eau douce.

Pêche en eau calme ou en eau courante

En ce qui concerne la pêche en eau douce, les deux principaux types de plans d’eau sont l’eau plate ou l’eau courante. Pourtant, les eaux sont vos lacs, étangs et barrages. Alors que les plans d’eau courants sont des rivières, des ruisseaux, des lacs et des canaux.

Les poissons d’eau calme ont tendance à être plus calmes, en particulier dans les petits lacs et étangs où il n’y a pas de courants ou de mouvements d’eau importants. Par conséquent, la pêche en eau calme a tendance à être une activité plus pacifique. Vous devez trouver le bon endroit et trouver la meilleure combinaison de leurres, d’appâts et de ligne de pêche, et vous êtes prêt à partir.

Il y a beaucoup d’activité dans l’eau courante. Les poissons se déplacent beaucoup plus rapidement et vous devez rester en sécurité à l’écart des rudes débits de la rivière. La pêche en eau courante peut être beaucoup plus difficile et dynamique.

Ce que les musiciens peuvent nous dire sur la dyslexie et le cerveau

musicien dyslexique

L’étude des musiciens dyslexiques a révélé une altération de la mémoire auditive de travail (par exemple, l’incapacité de garder un son à l’esprit pendant une courte période), réfutant ainsi la théorie actuelle qui suggère que ce trouble est dû à une difficulté à traiter les sons.

L’étude des musiciens dyslexiques a révélé une altération de la mémoire auditive de travail (par exemple, l’incapacité de garder un son à l’esprit pendant une courte période), réfutant ainsi la théorie actuelle qui suggère que ce trouble est dû à une difficulté à traiter les sons.

Une théorie actuellement populaire de la dyslexie suggère que ce trouble est dû à des difficultés de traitement auditif interférant avec la capacité d’analyser les sons. Mais si l’analyse des sons est vraiment le problème dans son ensemble, comment expliquer les musiciens dyslexiques ?

Dans le numéro de février de la revue Neuropsychologia, une équipe de l’Université hébraïque d’Israël a apparemment trouvé la réponse à cette question.

Sur la plupart des tests de perception auditive, les musiciens dyslexiques ont obtenu des résultats aussi bons que leurs homologues non dyslexiques, et meilleurs que la population générale. Leurs performances ont été nettement moins bonnes lors des tests de mémoire de travail auditive, c’est-à-dire la capacité à garder un son à l’esprit pendant une courte période (généralement quelques secondes).

En fait, les musiciens dyslexiques dont la mémoire de travail est la plus faible ont tendance à avoir la plus faible précision de lecture. Ceux qui avaient une meilleure mémoire de travail avaient tendance à être plus précis. En d’autres termes, pour devenir un virtuose de la langue, la mémoire est tout aussi importante que la perception.

Ces résultats pourraient amener les chercheurs à s’intéresser davantage aux régions cérébrales liées à la mémoire, en plus des régions auditives qui ont retenu le plus l’attention dans les recherches sur la dyslexie.

Selon le Dr Harold Levinson, ces découvertes sur la mémoire dans la dyslexie sont cruciales pour un certain nombre de raisons. Les troubles visuels, moteurs et autres troubles de la mémoire sont également présents dans la dyslexie. Et ces nouvelles données aident à mettre en évidence l’incapacité des théories liées au phonème à expliquer le suivi visuel, l’inversion, la mémoire, la concentration et les mécanismes connexes contribuant à la lecture et aux autres symptômes caractérisant la dyslexie.

https://s3-us-west-2.amazonaws.com/secure.notion-static.com/494abdcf-894f-4bad-82db-8211bd10e113/photo-of-a-girl-playing-ukulele-3662762.jpg

Mais alors, la formation musicale peut-elle aider à vaincre la dyslexie ?

Réponse courte : Peut-être, mais il est plus important de ne plus leur attacher l’étiquette « dyslexique ».

Rappelons que la dyslexie développementale est un trouble de la lecture qui ne peut être expliqué par un déficit visuel ou cognitif, ni par un manque de possibilités d’apprentissage. On estime qu’elle touche entre 5 et 17 % des écoliers, selon le seuil de lecture utilisé pour diagnostiquer le trouble.

Il est important de garder à l’esprit que la dyslexie n’est pas une maladie spécifique que vous avez ou n’avez pas. Les compétences en lecture sont plutôt réparties dans la population instruite. La plupart des gens ont des compétences moyennes en lecture, certains sont au-dessus de la moyenne, d’autres en dessous. C’est ce dernier groupe qui reçoit l’étiquette « dyslexie », même si la ligne de démarcation entre « moyen » et « inférieur » est arbitraire.

Nous l’avons vue dans la première partie de cet article, la dyslexie n’est pas, comme on le pense généralement, un trouble du traitement visuel.

Observons l’apprentissage des mots chez les enfants dyslexiques

Au cours des premières années de la vie, les enfants apprennent les mots de manière holistique, c’est-à-dire sans aucun sens de leur structure interne. Si vous demandez à un enfant de trois ans quel mot est le plus long, bus ou moto, la réponse est évidente. Bien sûr, les bus sont plus longs que les motos.

Au cours des années préscolaires, les enfants apprennent progressivement que les mots sont constitués de parties. Ils apprennent d’abord à taper les syllabes, un tap pour bus, deux pour mo-to. En jouant à des jeux d’allitération et de rimes à l’école maternelle, ils apprennent que même les syllabes ont des parties plus petites.

Cette conscience croissante que les mots ont une structure est appelée conscience phonologique, et elle doit être maîtrisée avant que l’enfant puisse apprendre à lire. En effet, le principe alphabétique relie les symboles écrits – les lettres – aux sons individuels de la parole, appelés phonèmes. En d’autres termes, pour prononcer les lettres d’un mot écrit comme chien ou dieu, il faut être capable d’entendre les phonèmes ch-i-e-n et d-i-e-u.

En CP, la plupart des enfants ont acquis une conscience phonologique, mais certains ne peuvent toujours pas distinguer les différents sons de la parole dans les mots. Cela s’explique par le fait que les phonèmes sont des événements auditifs très courts, se produisant à un rythme de dix ou plus par seconde. Ces enfants peuvent clairement entendre distinguer les sons, mais ils ne peuvent pas dire pourquoi ils sont différents.

Jeune musicienne dyslexique

Quel rapport avec la musique nous diriez-vous ?

Lorsque les enfants n’ont pas encore atteint la conscience phonologique en CP, nous considérons qu’ils souffrent d’un trouble du traitement auditif. Parfois, un entraînement intensif à la discrimination auditive des sons de la parole peut aider les enfants à acquérir la conscience phonologique dont ils ont besoin pour apprendre à lire. Et c’est là qu’intervient la formation musicale.

La parole et la musique impliquent toutes deux des manipulations rapides des qualités sonores comme la hauteur, le rythme et la durée. Les adultes formés à la musique ont des capacités de perception auditive supérieures à celles de leurs pairs non musiciens. On a donc longtemps supposé que l’entraînement musical pourrait donner aux enfants dyslexiques un coup de pouce dans les capacités de perception auditive dont ils ont besoin pour apprendre à lire. Récemment, une équipe de chercheurs britanniques a mis cette hypothèse à l’épreuve, en profitant d’une « expérience naturelle ».

L’équipe a recruté deux groupes dans un conservatoire de musique en Grande-Bretagne. Un groupe avait été diagnostiqué comme dyslexique dans l’enfance, tandis que l’autre groupe ne l’avait pas été. Comme contrôle, ils ont utilisé un groupe d’étudiants universitaires d’âge équivalent atteints de dyslexie. Si une formation musicale intense peut aider les enfants à surmonter leur trouble de traitement auditif, alors les musiciens « dyslexiques » devraient avoir des capacités de lecture comparables à celles de leurs pairs « normaux ».

Quels sont les résultats de l’étude ?

Les trois groupes ont subi une batterie de tests mesurant le traitement auditif et la capacité de lecture. Les musiciens « dyslexiques » ont obtenu des résultats similaires à ceux des musiciens « normaux » dans les tâches de traitement auditif. Ce résultat confirme les conclusions précédentes – et le bon sens – selon lesquelles un entraînement musical intense conduit à une amélioration de la perception auditive.

Cependant, les musiciens « dyslexiques » ont obtenu des résultats de lecture similaires à ceux des non-musiciens « dyslexiques ». En d’autres termes, les musiciens « dyslexiques » ne savaient toujours pas très bien lire, même s’ils avaient surmonté le trouble du traitement auditif qui les avait empêchés d’apprendre à lire au cours de leurs premières années d’école.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’une formation musicale intense ne suffit pas à elle seule, mais elle peut être complémentaire comme le suggère FranceDyslexia. Un enseignement explicite reliant les compétences auditives en musique au traitement de la parole pourrait plutôt être nécessaire. Bien que cet argument soit raisonnable, beaucoup pensent qu’il faut approfondir la question pour comprendre pourquoi les musiciens « dyslexiques » n’ont jamais rattrapé leurs pairs « normaux ».

https://s3-us-west-2.amazonaws.com/secure.notion-static.com/44652458-0c16-4daa-b41b-8fb80cc1254a/girl-in-brown-sweater-playing-piano-3820708.jpg

L’importance d’arrêter de catégoriser les enfants

Lorsqu’un enfant reçoit une étiquette, celle-ci a tendance à rester valable toute sa vie. Au moment où un enfant est diagnostiqué dyslexique, il lit déjà un ou deux niveaux scolaires en dessous de ses pairs. Il a déjà appris qu’il ne sait pas lire, et l’étiquette « dyslexie » lui indique pourquoi. Des pensées comme « je suis dyslexique, donc je ne sais pas lire » font partie de l’image que l’enfant se fait de lui-même, et ce jusqu’à l’âge adulte.

Il en va de même pour les autres étiquettes que nous apposons par hasard sur les enfants. Le professeur de musique qualifie l’élève qui chante à voix basse de « sourd » et, à l’âge adulte, elle insiste encore sur le fait qu’elle ne sait pas chanter. Ou bien le professeur d’éducation physique traite l’élève mal coordonné de maladroit, et il grandit en croyant « Je ne suis pas doué pour le sport ».

Jusqu’à l’ère numérique, il y avait beaucoup de carrières pour les personnes qui n’étaient pas douées pour la lecture. Même les chefs d’entreprise et de gouvernement n’avaient pas besoin de bien lire ou écrire, car ils pouvaient toujours dicter une lettre à leur secrétaire ou lui faire lire les « petits caractères » pour eux. La musique est un autre havre de paix pour les pauvres lecteurs.

Ayant choisi la musique comme carrière, ces « dyslexiques » de la musique ont probablement renoncé à la lecture. Après tout, apprendre à bien lire demande autant d’efforts et d’entraînement que l’apprentissage d’un instrument de musique. Même si ces jeunes adultes ont maintenant les prérequis auditifs pour apprendre à lire, ils ne voient probablement pas la nécessité de faire des efforts. Quel est le bénéfice à ce stade ?

Aucune étude n’est parfaite, et il est toujours facile de trouver les bonnes questions après avoir fait des recherches. Rétrospectivement, il aurait été intéressant d’examiner les habitudes de lecture des musiciens « normaux » et « dyslexiques ». Certains émettent l’hypothèse que les « enfants normaux » lisent beaucoup plus que les « enfants dyslexiques ». Mais c’est un sujet de recherche pour l’avenir.

Comment sensibiliser au gaspillage alimentaire ?

gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire est un problème mondial et devient un véritable point de friction pour beaucoup de gens. Le moment est  donc venu de trouver comment sensibiliser les gens au gaspillage alimentaire ? On estime que 32 % de la nourriture produite dans le monde est gaspillée.

L’éducation pour sensibiliser au gaspillage alimentaire

En matière de nourriture, chacun d’entre nous est un gaspilleur. Beaucoup d’entre nous ne réfléchissent pas avant de jeter de la nourriture non consommée ou qui est laissée à l’abandon. Cela est dû en grande partie à un manque de compréhension de la chaîne de production alimentaire. Il y a ceux qui croient que nous avons une offre infinie de produits et ceux qui n’en ont tout simplement aucune idée. C’est là que le fait d’éduquer les gens est obligatoire.

De la même manière que les gens ont été éduqué sur le gaspillage d’énergie ou les effets néfastes du tabagisme, ils doivent assimiler ce problème Il existe de nombreuses causes qui se situent entre le fournisseur et le détaillant ainsi que le consommateur et donc, chaque personne ou entité qui se trouve dans cette situation doit comprendre son l’impact afin d’apporter les changements nécessaires pour résoudre ce problème.

Changer notre façon de penser le gaspillage alimentaire pour le sensibiliser.

Afin de changer les processus de pensée des générations futures, il faudra commencer par l’introduire dans les écoles. Cependant, pour apporter un changement, il est important que tout le monde soit informé du coût, de ce qu’ils peuvent faire pour le réduire et de la manière de traiter les déchets ainsi que de ce qu’ils peuvent en faire. Il pourrait s’agir d’éduquer les gens à acheter moins, à stocker leurs aliments ou même à transmettre aux supermarchés les aliments comestibles dont la date limite d’utilisation est dépassée.

Salades en sachets  favorables aux Déchets alimentaires

50 % des aliments sont gaspillés dans les pays développés à cause des pratiques actuelles de culture, de fabrication et de distribution des aliments. L’éducation est  un élément clé dans notre lutte pour réduire le gaspillage alimentaire et  nous avons beaucoup à faire en matière d’éducation. , la transmission des connaissances et la visibilité vont nous aider à avancer ensemble dans la bonne direction.

Transmission des connaissances  pour sensibiliser au gaspillage alimentaire

Nous pouvons tous contribuer et faire la différence. Les petits changements peuvent entraîner des grandes évolutions et c’est là que nous commencerons à voir des résultats. Nous devrions tous nous passionner pour le gaspillage de nourriture. Et pour ceux qui ont une meilleure connaissance et compréhension du problème du gaspillage alimentaire, le moment est venu de le partager.

Pour plus d’information, suivez le lien https://stop-gaspille.com/stop-gaspille-actualites/comment-sensibiliser-au-gaspillage-alimentaire/

Aller dans un salon de massage pour tranquilliser le corps et l’esprit

Vu la situation actuelle, il est difficile d’établir un programme pour se décontracter. Heureusement, il y a un moyen plus rapide et plus proche pour retrouver un moment de vie comme aller dans un salon de massage. Il est toujours possible de prendre du temps pour soi-même avec simplicité. Voici quelques idées sur le type de détente qui pourrait vous faire revivre.

Faire de l’automassage

Quand les temps sont durs, il y a des luxes qu’on ne peut se permettre. C’est dans ces moments-là que l’on s’aperçoit l’importance que certaines choses peuvent toujours se faire soi-même. Les stress accumulés sont extrêmement mauvais pour la santé. Tout ça peut être dû au rythme quotidien effréné. Chaque personne réagit différemment au stress excessif, mais pour y remédier, il faut de temps en temps se détendre, d’où le massage. C’est un véritable remède contre le stress.

Vous n’aurez pas besoin d’une intervention extérieure dans ce type de massage. Utiliser une crème hydratante et masser la paume de votre main avec le pouce. Remontez jusqu’à au bout des doigts et terminez en pinçant la peau située entre vos doigts. Rien que quelques pratiques de ce genre par jour et vous aurez une sensation de soulagement.

Prenez du temps pour vous en vous offrant un massage

Actuellement, il n’y a rien d’autre à faire pour se décontracter que de s’offrir une séance de massage en ville. Il existe différents types de massage, mais ce dont vous avez besoin c’est d’un massage de détente à Paris. La vie actuelle nous oblige à des travaux qui nous font clouer à une chaise toute la journée devant un ordinateur.

Sachez qu’au fil du temps, cela peut entrainer un mal de dos. Mais il n’y a rien d’effrayant à ça avec simplement une séance de massage par semaine. Quelques mouvements des mains le long de la colonne vertébrale peuvent nous apaiser d’un poids énorme. Ceci dit, on ne peut pas le faire soi-même et il vaut mieux les mains d’un professionnel pour que le résultat soit satisfaisant.

Réduire l’énorme poids sur nos épaules

Il y a des situations où l’on doit voir un psy pour partager nos angoisses et nos soucis afin de soulager le poids sur nos épaules. On se sent parfois lourd après une journée de travail surtout si ce dernier consiste à se poser sur une chaise devant un écran. Pour mieux affronter cette situation, il ne faut pas attendre et essayer de se soulager nous-mêmes.

Le processus est simple. Avec le bout des doigts, faites des mouvements circulaires au niveau de votre cou à commencer par la nuque. Ensuite, continuez le mouvement vers le bas et les côtés. Vous pouvez le faire autant de fois que vous le souhaitez. On peut aussi mettre de la crème pour faciliter le glissement des doigts et éviter l’irritation de la peau. On peut appliquer le même procédé pour les maux de tête en augmentant au fur et à mesure la pression. Masser le cuir chevelu est efficace pour réduire le stress. Il offre également un effet très relaxant.