Les différents types de troubles des conduites alimentaires

Généralement méconnu par la population jusqu’à ce qu’un proche ou une connaisse en souffre, les troubles de conduites alimentaires ou TCA figurent pourtant parmi les troubles qui touchent le plus de jeunes actuellement. Ce problème plus psychologique que diététique peut se manifester de diverses manières. Voici les différents types de troubles de la conduite alimentaires les plus courants.

1.   L’anorexie nerveuse ou mentale

L’anorexie est sans doute le TCA le plus connu et le plus répandu surtout pour les femmes dépressives ou obsédée par l’apparence. L’anorexie nerveuse se caractérise par une peur de prendre du poids accompagnée par un déni de l’image réelle du corps. C’est pourquoi les anorexiques ne se trouvent jamais suffisamment mince. A cause de cela, elles se restreignent volontairement de nourriture ou dans des cas extrêmes, refusent de s’alimenter. C’est pour cela qu’il y des cas de décès avec ce trouble ou des carences sévères. L’anorexie s’accompagne parfois d’épisodes d’hyperphagies, c’est-à-dire que la personne mange une grande quantité d’aliments puis s’impose une « purge » en se forçant à les vomir ou en utilisant des laxatifs. Selon une enquête, 10% des anorexiques meurent des suites de leur maladie ou de suicide dans les dix ans suivant le diagnostic. Les proches doivent absolument consulter un psy à Nivelles.

2.   La boulimie nerveuse

En cas de boulimie, une personne mange sans modération (hyperphagie) et sans contrôle. Après un épisode d’hyperphagie qui peut durer jusqu’à deux heures, elle cherche souvent à se purger en vomissant la nourriture ingurgitée. La boulimie est périodique et peut survenir par crises de quelques mois ou semaines avec un épisode d’hyperphagie tous les 5 à 10 jours.

3.   L’hyperphagie boulimique

L’hyperphagie boulimique touche les hommes autant que les femmes. Les symptômes sont assez proches de la boulimie nerveuse, mais à quelques différences près. L’hyperphagie boulimique est rarement accompagnée de « purges ». Le malade consomme de trop grandes quantités de nourriture et mange généralement très vite. Il ne ressent pas la satiété et évite généralement de manger en public par conscience du caractère atypique de son état. Cette suralimentation génère dans certains cas l’obésité.

4.   L’alimentation sélective

Ce trouble survient surtout durant l’enfance mais peut perdurer après la fin de l’adolescence ou débuter à l’âge adulte. Il se manifeste par le refus de manger certaines aliments avec une sélectivité exagérée ou à un dégoût pathologique. Cette sélection peut mener à des carences ou à une perte de poids et perturber la croissance.

5.   Le pica

Le pica est un trouble qui pousse une personne à consommer autre chose que des aliments, comme du bois, de la terre ou du papier. Ce trouble concerne essentiellement les enfants souffrant d’autisme et les enfants souffrant de malnutrition. Il peut être le signe précurseur d’autres troubles alimentaires.

6.   Le mérycisme

Le mérycisme aussi appelé trouble de la rumination se traduit par la régurgitation des aliments pour les remastiquer. La remontée des aliments ne vient pas d’un problème digestif mais n’est pas pour autant volontaire ou l’est en partie. Ce trouble peut avoir un impact considérable sur l’hygiène buccale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.