Pontage cardiaque : quels sont les risques qui vous exposent ?

Les maladies cardiovasculaires touchent l’humanité depuis la nuit de temps. En effet les aliments riches en sucre et du mauvais cholestérol que nous consommons de plus en plus favorisent ce qu’on appelle l’athérosclérose, qui caractérise par l’obstruction des artères. Cette maladie peut causer des sérieuses conséquences sur l’organisme, heureusement il existe un technique médical dit pontage, néanmoins c’est une méthode qui n’est pas sans risque et nécessite des précautions.

Le pontage coronarien et ses avantages

Beaucoup de gens atteints de maladie cardiovasculaire avec des artères bouchées ou rétrécies souffrent de fortes douleurs à la poitrine ou même ont des infarctus, ils ont souvent recours à un pontage cardiaque ou coronarien. C’est une opération dont le but est de rétablir une bonne circulation sanguine vers le cœur en contournant les sections bouchées des artères.

De ce fait, les conséquences dévastatrices comme l’angine de poitrine ou l’infarctus causé par les artères bouchées seront limitées ou même évitées et l’individu souffrant peut avoir une vie plus confortable et peut reprendre ses activités physiques normalement. En effet l’intervention peut être effectuée avec une ou plusieurs artères bouchées et maintient le flux sanguin dans l’artère affectée plus longtemps. En principe, un nouveau pontage peut être prévenu durant plusieurs années et le patient n’aura pas de soucis.

Quels risques peut-on recourir avec le pontage cardiaque ?

Malheureusement, même si le pontage peut apporter un soulagement énorme et de manière significative chez la personne atteinte de maladies cardiovasculaires, cette méthode ne guérit point la maladie. N’oublions pas n’en plus que c’est une opération majeure à cœur ouvert qui peut durer plusieurs heures et dont le risque n’est pas moindre, il nécessite une anesthésie générale et de plusieurs jours de convalescence.

Sans parler des complications postopératoires telles que : la crise cardiaque, les accidents cérébraux vasculaires, l’infection, l’insuffisance rénale, la ventilation prolongée. Ces risques sont plus élevés chez les personnes âgées. Cette pratique nécessite aussi une sélection particulièrement rigoureuse lors du bilan préopératoire pour détecter l’existence de pathologies qui nuiraient à l’opération et aussi afin de minimiser les dégâts. Il y a donc des patients qui souffrent de cette maladie, mais qui ne sont pas opérables.

Quelles sont les précautions à prendre pour éviter une crise cardiaque fatale ?

Bien qu’il soit vrai que beaucoup de gens meurent à cause des maladies cardiovasculaires, les préventions augmentent aussi. L’évolution de la technologie permet d’avoir chez soi des matériels de secours qui permettent de diminuer les risques de succomber à une crise cardiaque fatale. Il est fortement conseillé d’avoir ces matériels et de suivre des formations de secourisme.

Afin de protéger l’individu et limiter les dégâts, il faut acheter un défibrillateur cardiaque en cas d’arrêt cardiaque, un tensiomètre pour contrôler la pression artérielle et rythme cardiaque, une cardio-pompe qui joue le rôle de massage cardiaque en cas de réanimation cardiopulmonaire. Vaut mieux prévenir que guérir, ces matériels de secours sont très indispensables, bien sûr il faut aussi prendre soin de son alimentation et pratiquer des activités physiques régulières pour le bon fonctionnement de votre cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *